Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par DASES-SUPAP-FSU

1149 (in le courrier du CASVP)

1149 c’est le nombre de caractères, espaces compris, attribués au SUPAP FSU par le CASVP pour sa tribune dans le « Courrier du CASVP ».

Agents du CASVP, vous êtes peu à le lire, mais sachez que tous les deux mois environ, le CASVP abat une forêt (ou un champ de patates, on a un doute vu l’odeur douteuse de friture de l’objet) afin que vous puissiez avoir accès à son magazine interne. Le « Courrier du CASVP » vous est offert, c’est d’ailleurs un des seuls avantages qui reste aujourd’hui aux fonctionnaires : l’octroi d’un bimensuel gratuit et sans publicité (propagande interne mise à part).

Coincée entre l’éditorial de la Directrice et la rubrique « bienvenue et au revoir » (qui décompte les rares arrivées et les nombreux départs), vous trouverez la Tribune du SUPAP juste après les pages publicitaires qui rappellent que tout va bien dans les services et les photos d’agents heureux.

1149 caractères censurés… car dès l’envoi de notre première tribune nous avons été rappelés à l’ordre par la Direction du CASVP qui a refusé de publier notre prose jugée injurieuse (non mais sur la tête de nous, ouaich, on s’était retenus, la putain de sa mère !) : du coup on limite notre vocabulaire (c’est con parce que ceux qui nous lisent savent que la touche SUPAP réside souvent dans le trait d’humour apporté par un mot inattendu glissé au milieu d’un propos sérieux).

Au SUPAP FSU, l’expression « merde, la tribune » est légion… et se répand dans l’équipe plus vite qu’Omicron à 17h sur la ligne 13, quand l’administration nous relance pour qu’on ponde en urgence 1149 caractères. Sachez-le donc, la plupart de ces tribunes ont été co-rédigées à distance par des gens accaparés par autre chose… et il est impossible d’affirmer qu’une phrase destinée à la tribune du SUPAP ne se soit pas glissée au milieu d’une enquête ou autre Information Préoccupante…

« Le petit Gabinou est décrit par l’équipe éducative comme un enfant sage, propre et ne posant aucune difficulté particulière. La fusion DASES / CASVP va tout changer ».

« Au regard de ces éléments, le SUPAP FSU exige une aide alimentaire d’un montant de 300€ permettant à la famille de faire face à ses heures excédentaires ».

 

Bref, si ce ne sont pas nos proses préférées, les tribunes CASVP de l’année compilent les sujets « hot » de l’année. Alors, pour en garder trace et parce que vous êtes 3,5 à lire le Courrier du CASVP, on vous les a compilé :

 

 

 

Tribune 271 (janvier 2021) : A toi

A toi,
Agent qui travaille chaque jour à soutenir les parisiens
A les accompagner
Les soigner, héberger, alimenter...
A toi,
Agent qui prend sur ton capital humanité,
Pour faire plus/mieux que ce qu’on t’as demandé,
Et au-delà d’ouvrir des droits, sourire, rassurer.
A toi,
Agent qui n’a pas eu de prime de fin d’année,
Pas de prime COVID
Pas de promotion,
A toi,
Agent missionné pour s’exposer,
Convaincu de l’utilité de ta mission, métier,
A la place de larbin sans cesse renvoyé.
A toi,
Agent pensant, bienveillant,
Toujours plus éloigné de ton cœur de métier,
Par une pluie de progiciels et projets,
A toi,
Qui avec leurs nouvelles lois,
Risque de perdre des droits, des congés, l’espoir d’un bon niveau de vie retraité...
A toi qui ne sait pas si tu seras demain DASES ou CASVP
Ou, comme les Baudemons, fermé :
Le SUPAP FSU te souhaite une année bonne et MOBILISÉE !!

 

 

272 : Après la décohabitation, la réhabitation

Le simulacre de dialogue social autour du rapprochement DASES/CASVP est toujours en cours. Au programme: 150 réunions, benchmarck, parangonage, word café, groupe de travail, consultation, concertation, co-consustruction, simulation, COPIL, COSUI, COSTRAT, COLOVE passant par N+1 N+2 N+3 N+Dieu qui aboutiront à la mise en place de procédures, instances, réunions, chargés de mission, chargés de projet, audits, coordinateurs, services civiques, bénévoles, et autres professionnels désignés volontaires à l’insu de leur plein gré pour résoudre des problèmes que l’administration a elle-même créée.

Au SUPAP FSU, on a tout mis en œuvre pour essayer de comprendre, mais ils sont plus forts que Jo l’embrouille. Madame DASES et Monsieur CASVP auront longtemps flirté sans consommer avant un mariage à nos frais !  Alors, y’a plus qu’à attendre : cet été, le bébé sera né et l’administration prête à nous dire à quelle sauce nous serons mangés! D’aucuns supputent qu’il y a baleine sous gravillon... Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’ils nous prennent pour des c...

 

Tribune 273 : Le CASVP frappé de désertion par ses agents et pour cause…

Le CASVP frappé de désertion par ses agents et pour cause... D’abord on n’a plus de capitaine à bord, alors on s’interroge un peu : soit c’est la récré soit c’est qu’il se trame un truc pas net...

Puis on reflech’ un coup et on se demande à quelle sauce on va être mangés cet été : fusion/défusion/tout-est-bidon ?

Après, on se chauffe les méninges et on cogite dur. Après un an d’engagement un peu bien des agents : pas de thunes, de pauv’remerciements et une reprise azimutée des projets et injonctions !

Enfin, on percute : 8 jours de moins, plus de cantoche, des postes vacants dans tous les sens, une hausse du temps de travail, des conditions merdiques au quotidien, la loi de transfo, la canicule, toussatoussa...

Alors, on est là, démunis, un peu dégoutés ou carrément énervés. Et si on tire des leçons du Titanic mieux vaut sauter dans les barques en 1er plutôt que se lover avec le CASVP sur un radeau qui mergitur sévère et y rester ! Mais on a un service public à défendre. Tous dans la rue avant de finir sur Meetic: « Ex fonctionnaire, bien sous tous rapport, cherche employeur bien-traitant pour aller de l’avant (et plus si affinités).»

 

 

Tribune 274 : 10 p’tits fonctionnaires

10 p’tits fonctionnaires s’en allaient faire fonctionner le grand service public.

Voyant leurs conditions de travail se dégrader, perdirent 1 p’tit fonctionnaire.

9 p’tits fonctionnaires.

Voyant leurs heures travaillées augmenter, des congés supprimés, perdirent 1 petit fonctionnaire.

8 p’tits fonctionnaires.

Voyant leurs tâches s’accumuler, perdirent 1 p’tit fonctionnaire.

7 p’tits fonctionnaires.

Voyant leurs salaires gelés, perdirent 1 p’tit fonctionnaire.

6 p’tits fonctionnaires.

Fâchés de faire à 6 le travail de 10, perdirent quelques p’tits fonctionnaires.

5 p’tits fonctionnaires.

Réalisant qu’en vrai ils n’étaient que 3 fonctionnaires, les autres étant des contractuels bien précarisés, perdirent 1 p’tit fonctionnaire.

2 p’tits fonctionnaires.

Dont les conditions de travail étaient bien dégradées, ne trouvaient personne à recruter et surchargés, perdirent 1 p’tit fonctionnaire.

1 p’tit fonctionnaire voyant son poste non remplacé, emporta avec lui la mémoire d’une certaine idée du grand service public.

Parce qu’« en toute chose il faut considérer la fin », le SUPAP FSU vous souhaite une belle rentrée mobilisée !

 

 

Pour la Tribune 275, le SUPAP FSU a mis en commun ses caractères avec l’ensemble des organisations syndicales du CASVP (à l’exception de la CFDT) pour publier une longue tribune en commun consacrée à la loi de transformation de la fonction publique et à la perte de jours de repos.

 

SPOILER Tribune 276 (janvier 2022) : Bilan social 2021

On a transformé 562 services en vitrines plus belles que celles des grands magasins en décembre.

On a été invités à 66585 réunions de dialogue social.

Lors desdites réunions nous avons obtenu 00000000 avancées.

586 agents ont pris l’habitude de discuter avec leur collègue imaginaire, pour ne plus souffrir de la solitude et de la charge de travail liée aux postes vacants.

54151548451212315456132 cheveux ont été perdus par les équipes en charge du Paris de l’Action Sociale.

56852 nouveaux projets ont vu le jour dont 56849 étaient des correctifs de projets précédents qui ont foiré.

86544568522256 mots fléchés 20 minutes ont occupé les agents lors de réunions descendantes où leur présence est obligatoire mais leurs interventions indésirables.

569852365 nouvelles missions et 8563nouveaux logiciels ont été créés ; 0 nouveaux moyens.

1607heures, chiffre de l’année : 56h en plus de ces conditions de travail là au prix exceptionnel de 0€.

Les mots « postes vacants » et « recrutement » ont été prononcés 86541235852 fois par les organisations syndicales.

L’expression « aucun problème » a été utilisé 986541235852 par l’administration.

 

A l'année prochaine dans le courrier !

Commenter cet article