Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par DASES-SUPAP-FSU

Déclaration liminaire du SUPAP FSU au Comité Technique du 25/11/2021 dédié

au Paris de l’Action Sociale

A l'attention de la direction de la DASES, du CASVP et de Mme LEVIEUX, adjointe à la maire de Paris en charge des seniors et des solidarités entre générations.

 

Je ne sais pas ce que vous regardez à la télé… Nous, on s’est fait un petit épisode du conseil de Paris la semaine dernière. Niveau production et effets spéciaux ça vaut pas Fast and Furious, mais niveau drame, passion, alliances et trahison on est assez proche de Dallas.

Et la semaine dernière, pour notre syndicat comptant de nombreux travailleurs sociaux, le spectacle promettait d’être grandiose, avec la promesse, le teasing d’un épisode spécial « débat sur le travail social », débat qu’on n’a bien évidemment pas raté ! Durant une heure de prises de parole, nous avons été tenus en haleine : surpris, après une journée d’empoignades, de voir que l’ensemble des groupes se mettaient d’accord pour dire qu’il fallait davantage de reconnaissance, de rémunérations et de moyens à destination des travailleuses sociales (oui parce que ce sont très très majoritairement des femmes, pas de doute, y’a qu’à voir leurs fiches de paie).

Il était trop fort cet épisode parce qu’on y a cru du début à la fin, on s’est dit « super, on va enfin avoir une bonne nouvelle à annoncer dans des services qui triment depuis deux ans avec la pandémie et la désertion des partenaires, qui ne recrutent plus parce que pas folle la bête, ces conditions de travail là personne n’en veut, et qui cerise sur le gâteau se mangent des réorganisations à n’en plus finir ». Et franchement ça fait du bien d’entendre des gens, nos élus, qui reconnaissent notre travail et notre importance parce que dans les services, on est plus habitués à se faire insulter par des usagers énervés qu’on n’ait pas de temps pour eux et que les autres services soient fermés, et pressés par des directions qui font passer toujours plus de commandes, injonctions paradoxales et qui punissent les agents qui expriment leurs difficultés sans jamais dire merci quand ils se saignent pour faire le taff au service des parisiens.

Bref, c’était cool ces petites interventions des élus. C’est là que Monsieur Guillou a pris la parole pour dire à ses nouveaux copains élus qu’il était tout d’accord avec eux et qu’il avait déjà fait le job : que les travailleurs sociaux avaient déjà été revalorisés. Ce à quoi l’organisatrice du débat a répondu qu’elle était pas au courant, que c’était super, qu’il fallait l’écrire en gros sur les affiches pour mieux recruter… et que la réforme du Paris de l’Action Sociale que nous étudions aujourd’hui + l’augmentation passée annoncée par Guillou promettaient de résoudre le problème du travail social parisien. Fin de l’épisode.

 

Waouh.

 

Franchement, on était choqués et encore plus énervés qu’au final de Game of Throne (quand ils envoient John Snow au Mur, alors qu’on voulait qu’il soit roi avec des dragons toussa toussa).

Le Paris de l’Action Sociale, promet donc d’être à lui seul la réponse aux problèmes de services dans un état tel que personne ne veut y travailler (malgré les salaires mirifiques de Mr Guillou, la publicité massive dans la presse spécialisée et le racolage dans les centres de formation).

Le moral des agents est au plus bas, les services en souffrance et il n’y a aucune perspective d’amélioration : on sait très bien qu’on ne recrutera pas dans ces conditions … Pourtant on demande aux agents de s’investir, de subir, un nouveau projet ? Quelles sont les améliorations pour leurs conditions de travail proposées par le Paris de l’Action Sociale? Aucune. Aucune réorganisation n’améliorera l’offre dans des services avec des agents en sous effectifs, qui souffrent de leurs conditions de travail et du manque de reconnaissance.

Nous ne voyons aucune avancée dans ce RE nouveau Paris Solidaire. Nous ne voyons qu’une commande, menée tambour battant avec une méthodologie de projet certes exemplaire… Un projet carré, en somme. Mais nous sommes bien placés, dans les services qui s’occupent du social, de l’humain, pour vous dire que les trucs au carré tout beaux sur le papier ont en règle générale bien du mal à être efficaces quand ils sortent de leurs tableurs Excel pour être mis en œuvre dans le réel, avec des gens qui rentrent pas dans les cases ! Surtout, ce beau projet oublie dans sa phase diagnostic d’évaluer le dernier projet mis en œuvre et donc d’en tirer des leçons… C’est dommage : y’a qu’à regarder l’état de vos services et agents depuis le Nouveau Paris Solidaire pour penser que quelque chose a sévèrement merdé et qu’on aurait gagné à l’analyser pour éviter de reproduire les erreurs du passé.

En 2016, dans cette salle, nous avons voté contre le NPS et vous avons alerté sur le manque de moyens humains, les conditions de travail qu’une réorganisation ne résoudrait pas mais empirerait. Et l’état de vos services aujourd’hui prouve que vous auriez gagné à nous écouter. Aujourd’hui nous vous disons la même chose, nous lançons la même alerte, désabusée cette fois.

Bref,

On va pas refaire le coup du teasing, du suspens et des fausses joies comme au conseil de Paris donc : spoiler : le SUPAP FSU votera contre ce Re-Nouveau Paris Solidaire. Sachant que vous n’en tiendrez aucun compte, nous vous donnons rendez-vous à la prochaine mandature, pour le RE RE Nouveau Paris Solidaire et son nouveau RE-record de postes vacants !

Commenter cet article