Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par DASES-SUPAP-FSU

Do you remember quand le Service Social de Proximité (SSP) du 19ème arrondissement réclamait des postes supplémentaires? À cause que la charge de travail était trop importante ? Et que 5 postes supplémentaires  leur ont été généreusement octroyés ? Et pis que gentiment on leur a dit qu’ils seraient test pour un pôle IP pérennisé... avec déshabiller Pierre de 3 postes pour habiller Paul (Pôle) et le tour est joué : le Pôle Informations Préoccupantes (« Pip » ou Paul Ippé pour les intimes) est né. Sa mission ? Spécialiser une petite équipe de Travailleurs Sociaux au sein de la polyvalence pour traiter l’ensemble des Informations préoccupantes et accompagner les familles prises en charge à l’hôtel.

 

Eh bé voilà, une véritable réussite tant et si bien qu’aujourd’hui un pôle IP pourrait se créer dans le 16ème arrondissement voire un autre dans le 17ème.... enfin peut-être, c’est pas sûr, il parait, c’est du on dit, à surveiller, qui vivra verra et tant va l’ASE à l’eau que tout part à vau-l’eau…). Paul Ippé c’est comme un mec rencardé sur Meetic en somme : une surprise (et pas souvent une bonne).

 

Revenons à nos moutons... comment qu’il va notre pôle ex-pilote, pérennisé?

Comment vous dire madame la marquise... des arrêts maladie, des départs, des Travailleuses Sociales débordées qui travaillent même le week-end : elles sont sous l’eau! Bref, Paul Ippé serait pas le coup du siècle (jugé « moyen-bof-bof » par près de 50% des sondés – données IPSOS).

Et puis il y a un vrai problème, qu’on nous dit, les partenaires ne repèrent plus les Travailleuses Sociales accompagnants comme partenaires de la protection de l’enfance et s’adressent directement au pôle IP... la prévention c’est surfait, so 2018, has-been (oui has been c’est le mot : la prévention a été, but today no more, kaput). Et ce vrai problème, certains disent qu’ils ne l’avaient pas vu venir. Et ça c’est con, parce qu’au SUPAP on se rappelle bien que le « petit problème de la prévention » était central dans les revendications qui ont conduit les TS du 19ème à faire grève à l’annonce de l’arrivée (sans concertation) de Paul Ippé.

 

Alors pour éviter le naufrage, dans un premier temps, les accompagnements des familles hébergées par le Samu Social (qui devraient leur revenir, selon le projet initial de Pôle IP et PCH) sont ré-attribuées à l’accompagnement, ce afin de soulager Paul Ippé. Mais cela, bien sûr, ne suffit pas.

Heureusement ! Heu-reu-se-ment ! la solution est là -> : On peut compter sur les anciens qui se désespèrent de ne plus traiter d’IP et les jeunes pro qui voudraient tellement en faire car les IP font partie des missions de la polyvalence ! Bref, ceux-là même (pour beaucoup) qui s’opposaient justement à la création du pôle IP (c’est dingue ça !) deviennent un vivier de volontaires pour rattraper le merdier. Exemple s’il en est que, comme toujours, le social et ses bénéficiaires tiennent, non pas sur l’intervention de l’institution (créer des postes, donner les moyens toussa toussa) mais sur le professionnalisme et l’investissement des travailleurs sociaux (oui mais combien de temps et jusqu’à combien de postes vacants ? ici vous chantez avec nous Patrick Bruel « qui a le droit, qui a le droiiit, qui a le droooiiiiiiit »).

 

On propose donc aux collègues d’accompagnement, sur la base du volontariat (c’est important),  de former un binôme avec les AS du pôle IP et de se positionner sur les IP où il n’y a pas de partenaires (les partenaires c’est surfait, so 2018, has-been… toussa toussa). En voilà une bonne idée ! Les accompagnantes (re-)font de l’évaluation protection de l’enfance et les ASS du pôle IP peuvent sortir une paupière de l’eau (non, pas la tête entière, faut pas rêver !).

 

Sinon, question :

Si les Travailleuses Sociales d’accompagnement (à qui on a sucré des postes pour les mettre… au pôle IP) soutiennent Paul Ippé seront-elles soulagées d’autres tâches? Par exemple du RSA (soumis à primes) qui leur avait été  attribué en échange des IP (et postes) retirés…. Que nenni mais ces re-nouvellestachesdépannages seront comptées dans un nouveau tableau d’attributions IP (ouf : si Excel entre en jeu, le travail social est sauvé !). Nous insistons c’est du volontariat : on vous lit toutes les IP lors des régul’s et si vous en avez pas assez on vous en renvoie d’autres par mail si jamais vous étiez en manque de pression,  de lecture et d’informations sur Kevinouchet-l’enfant-du-4ème(ou-6ème-cépassur)-qui-derange-les-voisins-parce-quil-arrete-pas-de-crier… Et puis bon, faut bien que quelqu’un ait un peu de compassion pour Paul Ippé débordé et culpabilise de voir dans ce contexte de nouvelles IP arriver : là-dessus y’a plus de chances de voir des collègues solidaires prendre une IP que le CASVP bouger. Rhalalala c’qu’elles sont sensibles ces assistantes sociales.

Tout cela manque de réunion, réflexion, concertation.., avec les professionnels experts c’est-à-dire les travailleurs sociaux.

 

 

Mais au fait ? Tout cela ne va-t-il pas créer un déséquilibre dans l’organisation, ne va-t-on pas selon les besoins solliciter qui pour les Personnes Agées (car on parle d’un pôle Personnes âgées ou Pôle Personnes Obsolètes et Tremblantes dit « Paul POT » ici et là) qui pour les IP, qui pour les handicapés (pourquoi pas : Paul Péhache, Paul Héréssa, Paul CépasmoicélautrePaul…). Top délire méga groove (dirait Boris #soiréeDisco) !

Et pendant que la polyvalence se spécialise, se déspécialise et se surspecialise : on divise toujours plus les tâches et donc les équipes ! On crée du bordel, des zones de flou, des différences et donc des zones de conflit potentiel, bref : des zones insécurisantes pour les travailleurs, des marges élargies pour la direction (diviser pour mieux régner, c’est pas nous qu’on le dit c’est le dicton).

 

Alors, un conseil de survie aux collègues : Restez polyvalentes et groupées¹, poly-groupées, polypées, mais évitez Paul Ippé (il peut être tentant mais il a un sérieux risque de déborder précocement) !

 

 

¹dans le respect des gestes barrières of course²

² mangez³-bougez

³ 5 fruits et légumes⁴ par jour

⁴ le cornichon dans le big mac y compte pas !

Commenter cet article

G
J'aime toujours autant tes chroniques ! Elles informent la retraitée que je suis de l'état (lamentable et inquiétant) du service social. Des brassées d'amitié et d'énergie à toi, à vous.
Annette
Répondre
G
J'aime toujours autant tes chroniques, drôles, fines, qui informent la retraitée que je suis de l'état (lamentable et inquiétant) du service social
Toute mon amitié et mes brassées de courage à toi, à vous
Annette
Répondre