Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par DASES-SUPAP-FSU

 Mesdames, Messieurs, cher.es collègues, (à toi fonctionnaire sur qui l’avenir de la France repose),

 

« Nous nous apprêtons à vivre un troisième épisode de confinement qui, comme les précédents et cumulé à ces derniers, va entraîner des contraintes dans nos vies personnelles et professionnelles. Les prochaines semaines vont être difficiles mais nous avons aujourd’hui l’expérience et les moyens (lol) pour faire face à cette nouvelle étape de la crise sanitaire. Nous mesurons à quel point celle-ci a accentué la crise sociale et les besoins des populations vulnérables.

 

Le président de la République a annoncé un ensemble de mesures pour limiter l’extension de l’épidémie, parmi lesquelles la fermeture des crèches et établissements scolaires. Au total, 1600 agent.es du CASVP, parents d’enfants scolarisés, vont être touché.es et, de fait, l’organisation des équipes va être à nouveau modifiée. En tant que service public, nous devons assurer la continuité de nos activités et rester présent∙es pour soutenir et accompagner les seniors en perte d’autonomie, les personnes en situation de handicap, mais aussi les personnes et les familles que nous accompagnons.»

Macron a re-décidé de renvoyer les parents à la maison (très majoritairement les femmes hein, même si on n’oublie pas les hommes qui, normal, prennent leur part). Parce que nous employons très majoritairement des femmes, et qu’elles sont fonctionnaires, nous savons que c’est elles qui vont « naturellement » et à 90% devoir rester à la maison. Dans cette perspective, nous devons faire des choix : nous ne pouvons satisfaire tout le monde ! Donc, vous mères, professionnelles, un peu femmes, un peu dociles FAITES UN EFFORT :

 

« Les collègues, qui devront rester à leur domicile avec leurs enfants, et dont les fonctions sont télétravaillables, auront recours au travail à distance, dans la mesure du possible et avec les outils nécessaires. Le travail à distance sera mis en place au moins quelques heures par jour, en fonction de l’âge des enfants.  »

Il suffit de le vouloir Mesdames : vous n’êtes pas à 1kg de charge mentale près ! Soyez, comme à l’accoutumée, bonnes et polyvalentes :

Le matin : levé des enfants, petit dej’, habillage (nous vous conseillons de décaler vos horaires habituels d’une heure plus tôt). Puis vous les installez chacun dans leurs chambres (1/ chambre d’environ 12m2 est conseillée) vous leur demandez d’être sages, attentifs, peu bruyants et de se faire l’auto-école pour une durée de 3h environ. Vous obtiendrez ainsi le temps nécessaire pour  allumer votre PC si vous en avez un (même personnel, c’est un effort demandé à tous de participer à la continuité de la fonction publique sans ronchonner).

Et c’est parti pour la connexion à PCN (outil merveilleux de connexion à l'école où vous trouvez les différents exercices à imprimer, recopier, visionner ou bien cours en visio)  avec connexion défaillante ou impossible… ben oui …impossible à prévoir que tout le monde se connecterait en même temps... prêt de tablette défaillante, tout le monde à voix haute en même temps....

Ouverture d'outlook... MessagesUrgentMessageUrgentMessageUrgent... panne VPN... connexion aléatoire....problème sur PCN...VPN à nouveau fonctionnel...urgence... " Maman je comprends pas ce qu'il faut faire... le maître il fait pas comme ça.... j'ai pas envie de marcher le kilomètre demandé pour le defiii interclassseu... je peux regarder un dessin animé pendant la récré ?  Si on transformait la maison en boite de nuit musique à fond pour se défouler pendant que maman assiste en audio à la réunion d'équipe ? Pourquoi tu hurles maman ?"

Il est probable que le petit dernier s’énerve parce qu’il n’arrive pas à apprendre à lire et écrire tout seul. Il est probable que, stressée par ses cris et interruptions constantes alors que vous faites vos « quelques heures par jour », vous lui hurliez dessus. Ce n’est rien. L’extinction de voix parentale est un symptôme bien connu du COVID-19, même si moins documenté que la perte du gout et de l’odorat.

MIDI : Pas le temps, vous êtes déjà au bout de votre vie ! Faites livrer un Macdo par un Mineur Non Accompagné débouté de l’ASE, qui tente de survivre en livrant, vite, tout et n’importe quoi. Avec un peu de chance à l’heure prévue votre commande arrivera sans que ni le coca ni le Mineur n’aient été renversés.

Après-midi : Il est (toujours) probable qu’excités par le sucre du Happy Meal, vos enfants ne tiennent plus du tout du tout. Mais Madame X ne tient plus non plus : n’hésitez pas à enfermer vos enfants à double tour dans une autre pièce (évitez seulement le balcon) puis à vous en éloigner de manière à ce que Madame X ne les entende pas hurler quand vous lui dispenserez des conseils et prônerez auprès d’elle les miracles de l’éducation positive.

19h00 : Inspirez, expirez… Ne jetez pas un enfant à la tête de votre conjoint quand ce dernier (qui ne s’est peut-être pas vraiment posé la question de négocier avec son employeur pour faire face avec vous à la fermeture des écoles….) vous expliquera qu’il a eu une journée compliquée et qu’il est crevé. En kiosque ce mois, le magasine « Valeurs de femmes actuelles » et son dossier spécial « Travail, famille et Patrie : oui mais à la maison ! », vous conseille de souffler en préparant une tarte soleil (n’oubliez pas le sourire et le tablier !).

La suite : Rappelez-vous qu’en 2019, la justice française a prononcé un divorce aux torts exclusif d’une femme en raison de son refus d’avoir des relations « intimes » avec son mari. Et qu’en 2021 la cour de cassation n’a rien trouvé à y redire.

 

« Les personnes en situation de fragilité psychologique, qui supportent mal l’isolement dû au travail à distance, pourront venir sur site une fois par semaine. »

N’hésitez pas à vous faire vous-même le RDV de la médecine du travail à cet effet : prise de tension, vue, ouïe et fragilité psy. Un logiciel enregistre vos données et vous parle. Si et seulement si le XANAX n’est pas suffisant, prenez contact par voie hiérarchique et par courrier recommandé avec un médecin du travail. Si vous êtes exposé à des risques au sein de votre domicile (dépourvu de logement ou pourvu d’une moitié violente par exemple), merci de prendre note que ce qui arrive à votre « domicile » pendant que vous y télétravaillez ne saurait être considéré comme un accident du travail.

 

« - Des dispositifs de soutien psychologique existent. Pour en savoir plus, reportez-vous aux pages intranet dédiées en cliquant ici.  »

Le SUPAP n’est pas en mesure de commenter cette intervention.

 

«  Pour celles et ceux dont les missions ne sont pas télétravaillables, le placement en autorisation spéciale d’absence (ASA) sera activé.  »

Merci de comprendre : Malheureusement la loi nous y oblige. Mais comptez bien sur nous pour ôter vos RTT et vous retirer petit à petit le droit de vous protéger dans le cadre de votre travail.  Car de notre côté, nous comptons bien sur notre capacité de pression et votre sentiment de culpabilité pour obtenir que, même en ASA, vous télétravailliez.

 

«  L’appel à volontariat pour renforcer les équipes va être réactivé dans les jours à venir. Je vous encourage à faire savoir à votre encadrant.e si vous êtes prêt.e à vous porter volontaire dans un autre service ».

Rappelez-vous : une prime de 10€ (bruts) voire un sourire bonus, vous attend au bout du chemin. Et soyez vigilants, dans certains services, se retrouver cas contact après avoir mangé sans son masque expose à un avertissement. Nous vous conseillons d’éviter ces services (liste bientôt disponible sur Paris.fr).

 

 

« En parallèle, la Ville accentue ses efforts dans le cadre de la campagne de vaccination »

Tous les vétérinaires sont sur le pont !

 

« C'est grâce à votre formidable engagement au quotidien et à votre rigueur, notamment dans le respect des règles sanitaires, que les services du CASVP restent ouverts pour rendre service aux Parisiens et aux Parisiennes les plus vulnérables.

Malgré les difficultés et une situation malheureusement longue et incertaine, vous êtes là et je sais pouvoir compter sur vous. »

Et là ……culpabilisation, infantilisation, le tout sur fond de marseillaise, la main sur le cœur.

 

PS : la ville ne prend pas en charge vos frais de matériels informatiques "imaginez ce que ça couterait pour 50000 agents!"

PS2 : la ville ne prend pas la responsabilité d’un accident ou d’une menace de mort pendant une ASA télétravaillée.

PS3 : le CASVP ne croit pas trop aux textes de Legifrance.

PS4 : et pas non plus aux vertus de la prévention au travail.

 

Conclusion, un seul SUPAP-conseil (universel): Prenez soin de vous et

OTEZ LES PETARDS OSSEUX DE VOS SOLEILS

Commenter cet article