Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par DASES-SUPAP-FSU

Monsieur,

J’ai pris connaissance cette semaine du projet de votre gouvernement de mettre en place une VAE permettant aux « mamans » sans expérience professionnelle d’obtenir le CAP petite enfance ou le célèbre  "brevet d'Etat" d’Educateur de Jeune Enfant, c’est pourquoi je me permets de vous envoyer ma candidature spontanée à la VAE de Ministre.

Travailleuse sociale depuis bientôt 9 ans, j’ai acquis une solide expérience dans des domaines divers et variés qui sauront, j’en suis sûre, être des atouts pour la bonne « marche » de votre gouvernement.

En qualité d’assistante sociale, je suis habituée à donner des « conseils budgétaires » à des personnes vivant sous le seuil de pauvreté : l’économie et les finances n’ont donc aucun secret pour moi. Ma file active regorgeant de personnes qui n’ont pas d’autre choix que de manger, s’habiller et se chauffer avec les 5€/jour qu’il leur reste une fois le loyer payé, je déborde d’idées qu’il me tarde de mettre en œuvre afin de trouver des solutions écologiques innovantes (la bougie) et d’assainir les comptes tout en  moralisant la vie publique (1 kebab/jour/député).

En charge depuis plusieurs années d’annoncer au grand public l’échec des politiques de logement, d’hébergement, d’emploi et d’accueil des enfants, personnes âgées et handicapées, je suis tout à fait prête et disposée à prendre sur mon nom la plus impopulaire de vos réformes et endosser les responsabilités que vous ne souhaiterez pas prendre vous-même.

La pratique du travail social a fait de moi une personne solidement ancrée dans le réel qui ne craint ni le terrain, ni la misère, ni les poignées de moignons.

L'accompagnement mené auprès de personnes d’origines diverses m’a permis de développer des capacités linguistiques hors normes : je sais aujourd’hui identifier l’expression de la colère et du profond désespoir dans près d’une trentaine de langues, dialectes et patois dont les insultes n’ont plus aucun secret pour moi ! Par ailleurs, pour œuvrer depuis un an au sein du Centre d’Action Sociale de la Ville de Paris, je pense être désormais armée diplomatiquement pour communiquer avec des personnes qui, à l’instar du Président Trump, sont persuadées que tout chez eux est super et nient farouchement l’existence des preuves les plus criantes du contraire (fake news !).

Active syndicalement depuis 3 ans, j’ai pu, au contact des élus, directeurs et autres représentants syndicaux, apprendre à manier à la perfection la mauvaise foi, la langue de bois et l’exagération. Sur leur modèle, je suis désormais capable de contre argumenter tout et n’importe quoi (même quand je suis d’accord) et défendre des projets auxquels je ne crois absolument pas, qualités, vous en conviendrez, essentielles dans un gouvernement.

Mère de deux jeunes enfants, j’ai, en les maintenant en vie et pas placés jusqu’ici, fait preuve de toutes les capacités nécessaires pour prendre, les doigts dans le nez, le portefeuille jeunesse, enfance, famille, femmes, éducation nationale, Intérieur et sports. De même, mes visites régulières auprès de mes grands parents dans le fin fond du Cantal me prédisposent tout naturellement à entrer en charge des questions du grand âge et de la ruralité.

Preuve vivante que dans la vie, rien n’est ni tout blanc ni tout noir, je serai ravie de faire de ma jeunesse, de ma peau basanée et de mon indomptable crinière frisée la caution jeunesse, quartiers et diversité de votre équipe.

En tant que femme, travailleuse sociale, mère, représentante syndicale et étudiante, j'ai "instinctivement" des prétentions salariales nulles qui feront de mon embauche un acte hautement rentable et compatible avec votre politique de restriction des dépenses publiques. De la même manière, sachez qu’en matière de reconnaissance deux petits mails suffisent à me faire tomber en pamoison et que l’attente d’un mail bonus voire d’une invitation à prendre un café suffisent à me motiver pour une année entière.

J’espère, Monsieur, que cette lettre saura retenir toute votre attention et vous aura convaincu de mon sérieux. Mes compétences en matière d’économie, affaires étrangères, politiques sociales, familiales etc. démontrées, je tiens à vous signaler que, une fois la VAE accordée, je postulerai au poste de Premier Ministre, la rédaction de cette lettre m’ayant –tout comme vous je l’espère- convaincue que je suis, à ce jour, la mieux placée pour prendre la succession de Mme Cresson.

Dans l’attente de votre réponse positive, veuillez agréer, Monsieur le Président, mes sincères salutations.

Bisous.

 

Séverine

VAE Ministre
VAE Ministre

Commenter cet article

godin 29/07/2017 17:25

6 millions de fainéants. Les chômeurs sont des profiteurs qui ne cherchent pas de travail ! Entend-t-on dire dans certains milieux qui se complaisent à stigmatiser. Il y a peut-être 20% de fainéants dans toutes les catégories sociales, mais néanmoins, il reste bien 5 millions d’authentiques chômeurs incompressibles parce qu'il n'y a pas 5 millions d’offres d'emplois disponibles en France. Entre les recrutements et les licenciements le nombre des emplois vacants non pourvus sur le territoire est, bon an mal an, d'environ 500 000. Dans ces conditions comment reprocher aux gens de ne pas trouver de travail dans un Pays où il n’y a plus de travail ? Et, par quel miracle le chômeur dunkerquois, sans moyen, pourrait-il aller prendre un poste à Bordeaux où à Lyon. Quelle solution offre t’on aux millions de licenciés "économiques", aux millions de demandeurs d'emploi impuissants, qui subissent les baisses de commandes, les délocalisations, l’incurie et l’égoïsme économique qui plombent l'activité ? Que sont devenus nos ingénieurs, nos usines de machine outil, de mécanique, d’armurerie, du ferroviaire, de fonderie, de sidérurgie, de chaudronnerie, de filature, de verrerie, d’horlogerie … Les travailleurs sont pauvres, mais pas encore au fond du trou, il reste le niveau du Burundi. Les salaires et les retraites très bas non seulement n’augmentent pas, mais ils diminuent du fait des contraintes et obligations diverses, impôts, taxes, amendes et charges, sur les cartes d’identités, le permis de conduire, les passeports, les appels payants, les autoroutes, la privatisation des biens communs … tout cela appauvri les ouvriers, les classes moyennes et les jeunes gens. Combien ne peuvent plus se soigner, payer les études de leurs enfants ! Pire encore la misère des 8 millions d’êtres humains de notre Quart-monde. Lorsque 10% d’égoïstes sans moral se repaissent du superflu.
- En quoi consiste le credo du régime technocratique Macron, dont l’instigateur est le Medef (syndicat d’orientation réactionnaire) sinon d’une politique de classe qui consiste : à punir et à appauvrir davantage encore, les familles qui après 25 ans dans l'entreprise se retrouvent à la rue : en réduisant leurs indemnités de licenciement et de chômage ainsi que sa durée, puisque ce sont eux les boucs émissaires dans cette situation, comme le clame et veut le leur faire croire la duplicité ambiante, relayée en cela par les médias et les "experts" valets dont aucune critique ne fuse. Une chose est certaine, il n’y a pas de responsabilité managériale. Pourtant on a bien vu que les récents 40 milliards d'aide de l'Etat et les allègements de charges n'ont strictement rien apporté en terme d'emploi, pas plus que les milliards d’aides distribués depuis 30 ans sous l’empire des différents gouvernements. Les milliards d’aides et les très bas salaires ouvriers, n’expliquent pas le manque de compétitivité des entreprises ! On s’interroge …
- Pour ceux qui ont encore un travail : c'est la réduction des salaires, l'augmentation des horaires, les emplois précaires, la flexibilité, l'individualisation et le démantèlement des protections du Code du travail. Dire qu'un employé peut affronter seul son patron, c'est faire fi des rapports de force hiérarchiques et c’est le retour à l’arbitraire. Annoncer que les employeurs ne savent pas lire les 300 pages utiles du Code du travail et qu’il convient de le réduire, voire de le supprimer, c'est se moquer du législateur, de l’histoire sociale, de la démocratie et les prendre pour des idiots. Inquiétant, le recours au 49/3 montre la main mise d’une politique discrétionnaire pour cinq ans. Devra t-on dorénavant pour le confort de certains, réformer tous les codes Dalloz ?

- Le Medef et Macron disent qu'en facilitant le licenciement, ils vont accroître le nombre des emplois. Il nous disent aussi qu'en réduisant les salaires, en diminuant les retraites (CSG) et les minima sociaux, en augmentant les charges et les impôts des pauvres et en supprimant les impôts des riches, ils vont relancer l'économie du Pays ! Qui peut croire à de telles fadaises et contrevérités ? Plutôt que de toujours brimer les pauvres gens, ne serait-il pas plus judicieux et urgent, parmi les moyens disponibles pour relancer l'économie solidaire dans l’intérêt général et le plein emploi, enjeu crucial, de procéder à un bouleversement des paradigmes et des mentalités, « un new deal ». Par exemple : en réduisant tout de suite les écarts salariaux de 1 à 30, en répartissant les charges de travail, en distribuant les fruits du travail et de la finance équitablement entre tous, en réduisant les frais de bouche, la pompe de l’État et des hauts fonctionnaires sur le modèle des pays du Nord l'Europe, en instituant le contrôle des prix, des marges et de la qualité, en interceptant les sommes immenses de l'évasion et de l’optimisation fiscale, en développant les industries des énergies renouvelables, de l’isolation du bâti et de l’écologie. Mais aussi en mettant en place très vite le revenu universel jeunes et un Erasmus pour tous les jeunes de 15 à 30 ans. Imaginez, un instant, la progression rapide et considérable de telles mesures pour la reprise économique et le niveau de vie de tous, pour la joie de vivre retrouvée dans le Pays ! Et, si les instigateurs de l’affaiblissement de l’Etat protecteur, de la dérégulation et de la marchandisation de tout, qui s’enrichissent au dépend de la communauté veulent s’expatrier, qu’ils s’en aillent, bon débarras ! o. godin

MP Es-Samir 28/07/2017 22:33

excellent dans le fond et la forme ! Bravo !

Pernin 28/07/2017 21:50

Excellent, irresistible, et juste realiste . Bravo !!! Je suis egalement assistante sociale. Peut etre penserez vous à moi une fois nommee ?

Annick Épousix 27/07/2017 14:28

Il y a toujours une issue quelque part
Une issue de secours
Quand on prend tout avec humour!
J'espère que cette lettre seras lue, entendue et acceptée! Merci!

Aserei 27/07/2017 10:48

Votre lettre est superbement envoyée ... Bravo Mme la ministre.

Lotis 27/07/2017 09:48

Un kebab par jour et par député ! Mais c'est scandaleux ! Une honte ! Ce sont nos élus dont on parle, on ne doit pas les rationner ! #Humour
Ceci dit, bravo pour ce texte.

Laurent J 25/07/2017 23:30

Il leur manque une VAE humour pour repondre a ce niveau !

EJE 25/07/2017 18:34

Excellent
merci

ufnafaam 25/07/2017 09:53

excellente manière de désamorcer inacceptable
bravo pour ce trait d'humour qui nous fait du bien à tous !

Caro 24/07/2017 19:04

Jadore. Partagé avec les collègues à l'unanimité : on vote pour ! Merci !