Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par DASES-SUPAP-FSU

Mais quelle est cette secte étrange ?

Dans un communiqué de presse du 14 mars 2017 notre syndicat dénonçait la mise en place d'une boite mail « Radicalisation@paris.fr ». Cette adresse mail recueille des « signalements » émanant d'agents municipaux concernant leurs collègues présentant des signes de radicalisation religieuse islamique.

La municipalité précise que cette boîte mail a pour mission de recueillir des informations, d'en informer la hiérarchie des agents concernés (en vue d'éventuelles sanctions), d'écouter et de conseiller les agents et de transmettre le cas échéant les signalements aux autorités compétentes.

Le SUPAP FSU rappelait qu'en aucun cas il n'appartenait à un employeur de se substituer aux missions des services de Police et alertait sur les effets pervers d'une telle mesure, invitant à la délation entre collègues.

 

 

 

 

Mais quelle est cette secte étrange?

 

Vous le savez, Paris est une capitale qui innove et qui évolue avec son temps.

 

Mc Carthy l'a fait pour les communistes. Hidalgo le fait pour les radicaux!

 

Fuck l'impérialisme anglo saxon, said Anne! (Et puis des potenciels cocos y en a trop dans les services sociaux). I want to do it on my own.

 

Sachez donc chers agents que désormais Paris la Belle vous offre une boîte mail dédiée à la « Prévention de la radicalisation ». Pratique d'utilisation, elle vous permettra non seulement de dénoncer l'éventuel mangeur de jambon de dinde peu affable, mais aussi votre collègue de bureau qui vous tape sur le système à avoir les faveurs du chef depuis toutes ces années...

 

Une brochure explicative va vous être distribuée bien évidemment pour reconnaître, en deux coups d'oeil de lynx, le radical qui porte un SOI. On l'a eue en power point et en avant première, alors, pour vous donner l'exemple, on vous met en copie cachée de notre premier mail de dénonciation.

 

 

 

Chère boîte mail anonyme

 

Les changements de comportement de certains de nos collègues nous inquiètent. Nous avons observé leurs attitudes asociales: ils ne déjeunent plus jamais avec leurs équipes, refusent de se faire tutoyer ou appeler par leur prénom. Ils ne viennent pas non plus boire le café du matin et ne paient plus leur coup à boire au moment de la galette des rois, du bac de leur fils aîné ou de la nouvelle année. La vie en collectivité semble leur faire horreur.

 

Il s'agit de nos collègues cadres dans les services sociaux.

 

Nous avons aussi relevé nombre de propos asociaux de leur part : « j'ai pas le temps, envoyez moi un mail », « c'est comme ça, c'est la procédure » « Vous voulez connaître le principe du FSL? je vous envoie les 472 pages du règlement intérieur » « Vous êtes pas contents? Changez de métier ».

 

Si aucun ne rejette l'autorité, certains s'y soumettent d'une façon aveugle, et nous sommes inquiets de la capacité de quelques uns, les plus vulnérables, à continuer à penser de façon singulière et autonome.

 

 

Nous avons noté aussi un changement de comportement alimentaire et vestimentaire chez certains: allergie aux cacahuètes des pots de départ, au kir de celui qui arrose sa retraite. La pilosité de certains nous alerte, lorsqu'ils renoncent aux services de leur esthéticienne et shampoinneuse conseil. Y en a même plus d'un qu'a plus un poil sur le caillou!

 

 

Mais cette observation serait sans importance si elle ne s'ajoutait pas à un changement de vocabulaire. (car vous nous l'avez enseigné: on reconnaît le radical à la concommittance des signes qui alertent). Eh bien, des vocables comme « procédure » « dialogue de gestion » « reporting » « costrat, codir, copil » « quantification » « traçabilité » « Funik » « tableaux de bord » « flux » ont fleuri dans leur vocabulaire quand d'autres ont complètement disparu « écoute » « analyse » « expérience » « intuition » « relation » « personne » « reflexion » « différer » « empathie ».

 

 

Les allusions à la théorie du complot et à la fin des temps surgissent parfois dans leurs propos. Ils imaginent leurs équipes (surtout si elles sont un peu récalcitrantes ou chatouilleuses sur leur éthique) liguées contre eux, jouissant de les maltraiter. Ils pensent que les syndicats se sont jurés de leur faire la peau. Et qu'avec le refus de certains de remplir les statistiques, on enterre les services sociaux.

 

Nous nous tenons à votre entière disposition pour toute information complémentaire qui pourrait vous aider à remplir votre noble mission. Dans l'attente de vous rencontrer, chers destinataires de la boîte mail anonyme, soyez assurés de notre profonde considération et gratitude.

 

 

L'équipe du SUPAP FSU.

 

 

 

 

NB: juridiquement, toute dénonciation est passible de sanctions dès lors qu'il s'agit de diffamation ou de dénonciation calomnieuse.

 

 

Commenter cet article