Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par DASES-SUPAP-FSU

Evacuation du campement de La Chapelle, mardi 2 juin 2015

Evacuation du campement de La Chapelle, mardi 2 juin 2015

 

Mardi 2 juin 2015 la préfecture de Police (avec le soutien de la mairie de Paris, d'Emmaus et de France terre d'Asile) a évacué un  camp de migrants situé au métro la Chapelle.  Environ  350 personnes vivaient dans ce camp depuis plusieurs mois.

Cette évacuation a été  motivée,  d’après la Préfecture de Police,  par des risques sanitaires. Les directions de la DASES et du CASVP ont recruté des volontaires travailleurs sociaux au sein des SSDP pour « rassurer les migrants et les accompagner jusqu’aux bus »  avec la Préfecture de Police à 6 heures 30 le lendemain. Quelques travailleurs sociaux des SSDP ont accepté de participer. Aucune précision sur le devenir de ses familles n’a été donnée alors qu'un diagnostic avait été fait par les services de la mairie une semaine auparavant si l'on en croit les informations diffusées dans les médias.

Le 4 juin, 6 travailleurs sociaux sont à nouveau sollicités pour effectuer une évaluation sociale. Ils apprennent que les services de l'Etat ont été chargés d'évaluer les situations des isolés et que ceux du département doivent évaluer les situations des 12 familles hébergées en hôtel avec deux objectifs :

  • évaluer d’éventuels éléments de protection de l’enfance qui justifieraient une prise en charge à l'hôtel dans le cadre du RDAS,
  • le projet d’un retour au pays de la famille.

L’association Emmaüs  prête ses locaux (ESI famille dans le 15è) le vendredi 5 juin afin que cette évaluation soit faite en présence des sous-directeurs du CASVP et de la DASES. 

 

Le Parisien titre : « Les forces de l’ordre accompagnés de travailleurs sociaux de la Ville de Paris (…) ont procédé au démantèlement de ce campement… ». Les 2,4 millions de lecteurs quotidien du Parisien pourront maintenant assimiler les travailleurs sociaux à la Police : de quoi faciliter la relation de confiance avec les travailleurs sociaux parisiens !

Nous sommes indignés du rôle assigné aux travailleurs sociaux, totalement en opposition avec nos missions, notre identité et notre éthique professionnelle.

Pouvons-nous servir de caution morale aux services de police dans une opération qui pourrait avoir comme conséquence la reconduite à la frontière d’une partie des migrants concernés ?

Depuis quand les services sociaux travaillent-ils main dans la main avec les services de police ?

Irons-nous bientôt avec les CRS expulser les gens en les rassurant sur le fait que nous allons faire une demande de SIAO ?

Notre déontologie ne nous empêche-t-elle pas de répondre à des commandes dont nous ne saisissons pas les tenants et aboutissants, et qui pourraient nuire à l’intérêt des personnes ?

Où s’arrêteront les appels à « volontariat » des travailleurs sociaux sur des tâches qui relèvent d’autres services, institutions ou professions, et qui nécessiteraient la création de postes, la mise en œuvre de réels moyens ?

S'agissant des 12 familles: ne peut-on pas considérer que le parcours de ces enfants, arrivés d'Erythrée ou du Soudan dans des conditions d'extrême difficulté, ayant vécu dans un campement dont ils ont été évacués ne justifie pas à lui seul un hébergement au titre de la protection de l'enfance?

 

C'est ça le Nouveau Paris Solidaire ?

 

 

 

Communiqué FSU

Les Lilas le 9 juin 2015

 

Situation des migrants : urgence !

 

La FSU exprime son indignation face au traitement subi par les migrants de la Porte de La Chapelle (Paris 18e).

Après avoir été expulsés de leur campement, c’est avec violence qu'ils ont été interpellés alors qu'ils s'étaient rassemblés près de la halle Pajol à Paris.

Ces expulsions à répétition depuis le 2 juin ne sont pas la solution.

 

La FSU demande que les migrants soient traités avec dignité et dans le respect des droits de l'Homme les plus élémentaires.

 

La Préfecture de paris et le gouvernement doivent trouver des solutions de prise en charge dignes pour chacune de ces personnes.

Il s'agit également de leur donner une réelle possibilité de déposer une demande d’asile.

 

La question des migrants, en France comme ailleurs, ne se règlera ni par la violence ni par le déni.

En effet, la FSU redit avec force que ces flux migratoires et leur lourd tribut humain sont autant de conséquences de la multiplication des zones de conflits sur le globe mais aussi des inégalités entre le « Nord et le Sud », notamment en matière de répartition des richesses.

 

Une réflexion d’ensemble portant notamment sur la demande d’asile et plus généralement concernant la politique migratoire de l’Europe est maintenant urgente.

Commenter cet article

jean-louis 28/08/2015 11:28

Jusqu'à l'airbus plutôt.

Nico 08/06/2015 20:02

Arghhh des fautes se sont glissées toute seules.

Nico 08/06/2015 20:01

Et bien.... La DASES demande donc des travailleurs sociaux volontaires pour participer aux rafles et violences à l'encontre des populations les plus fragiles parisiennes.....
Je maintiens que c'est bien une guerre aux pauvres qu'à la pauvreté le Nouveau Paris Solidaire.
Les mêmes qui s'époumonaient contre la politique de Besson n'ont plus honte de rien.
Rapellons aux collègues qu'il ne faut en aucun cas participer à ce genre d'action, qui contrevient par exemple au code de déontologie de l'Anas (restaurer l'autonomie des usagers) et exiger de l'administration qu'elle cesse de mettre ses agents dans des positions illégales.

https://mobile.twitter.com/RafAvelo/status/607935006468636672/photo/1

arifont 07/06/2015 22:36

Super